DÉMARCHE

TECHNIQUE

Acrylique et techniques mixtes sur toile
Travaillé principalement au pinceau et au couteau.

Collagraphie et différentes techniques d’estampe.

SON APPROCHE ARTISTIQUE

La peinture se révèle pour Suzanne Lavigne un médium riche en découvertes fantastiques dont le résultat ne cesse de la fasciner, depuis ses débuts en 1992. Pour elle, la peinture est une expérience profonde et elle s’y sent guidée par l’inspiration créatrice. Le quotidien s’efface et sa sensibilité d’artiste s’éveille. Elle devient spectatrice de la toile naissante qui prend forme sous ses yeux. Dans la spontanéité du geste des expressionnistes abstraits émerge un dialogue entre les outils utilisés, les supports et les pigments de l’acrylique. Le résultat dépasse parfois ses espérances et, la toile encore fraîche, traduit alors un état d’âme et une émotion ressentie.

Plusieurs époques artistiques ont marqué son évolution. Les styles et la diversité des sujets s’alignent au fil des années comme d’autant de langages différents au sein de son art. Son expressivité s’est fixée dans une semi abstraction, toute autant spontanée que zen.

Le fil d’Ariane de Suzanne Lavigne a toujours été la beauté et la complexité de la vie. C’est de cette sensibilité que l’inspiration est née. Les éléments d’abstraction pure s’harmonisent avec des éléments plus figuratifs. Cette cohabitation dans sa composition lui permet d’explorer plus amplement l’interaction complexe des couleurs sur fonds texturés. Cette combinaison offre une puissance qui s’harmonise dans une suite d’acryliques et de techniques mixtes sur toile ou sur panneau de bois. Parmi les médiums qu’elle pratique occasionnellement, on trouve le pastel sec et l’estampe. Certaines de ses œuvres portent en elles un sens mystique dont les détails demandent une étude attentive pour en mesurer toute la subtilité.

Le travail, toujours traité en surépaisseur texturée et adroitement mis en valeur par la juxtaposition et la superposition de couleurs, démontre une maîtrise certaine des outils de l’artiste. La technique, fortement personnelle, s’accommode d’un cachet de sobriété. Les œuvres de Suzanne Lavigne apaisent les ardeurs et mettent au pas les tensions galopantes du stress de la vie quotidienne. Le caractère zen de certaines œuvres pousse au calme, au lâcher prise, à la méditation.

Le regard de l’artiste est porté tantôt vers le ciel, tantôt vers la terre et l’eau. Il se pose et se repose sur ce ballet de contrastes oscillant entre chaud et froid qui émet une énergie particulière. L’élément de la vie : l’eau tonifiante et vivifiante est mise en scène aux côtés d’un élément immuable. Le Yin et le Yang sont toujours présents, comme dans la peinture chinoise traditionnelle des maîtres. La nature généreuse que peint l’artiste procure des émotions, évoque des souvenirs, met en relation avec un univers serein. Son travail, tourné vers l’imaginaire et vers l’être intérieur, pousse donc inévitablement le public à lâcher prise pour un instant et à s’oublier le temps d’une contemplation. Il en serait presque thérapeutique si l’artiste prétendait être art thérapeute… Or, c’est la spontanéité qui est à la base de l’Œuvre de cette artiste.

Sa philosophie de vie

«L’essence de l’art est une nourriture pour l’imaginaire et une avenue vers ce qui échappe à notre complète perception», explique Suzanne Lavigne. Selon elle, la pratique de l’art fait partie intégrante de son bonheur. En tant qu’artiste, la peinture donne un sens à sa vie : « Elle me permet d’exprimer mes émotions ». La peinture est une source d’énergie intérieure qui possède des propriétés régénératrices. L’enchantement face à la toile en cours de réalisation procure un bonheur contagieux qui se traduira plus tard par l’émotion esthétique de l’amateur face à l’œuvre terminée. La réaction du public devant ses œuvres est un langage non verbal. Elle permet à l’amateur de ressaisir en un tout signifiant l’éclatement de son existence contemporaine affairée, pour peu qu’il se laisse envahir par l’émotion ressentie.

L’inspiration de l’artiste est intimement liée au médium et à cette relation « d’amants » qui forme une combinaison d’où est tirée la quintessence de sa créativité artistique.

Sa plus grande influence est celle d’Albert Rousseau. Pas tant dans la façon de peindre, mais plutôt dans l’approche de la peinture qui fut la sienne. « Sa constante recherche d’harmoniser tant dans les formes que dans la couleur l’a poussé à explorer sans cesse ». Pour Rousseau aussi, le travail artistique était un besoin vital. « Tout son travail m’inspire et me pousse à continuer dans cette grande aventure ». C’est la recherche constante qui a été le leitmotiv de Suzanne Lavigne.

Il y a dans l’inspiration quelque chose d’intangible, mais de profondément « réel ». « Lorsque je suis en processus de création, la réalité s’efface totalement ». L’inspiration a cette faculté de permettre un abandon total à cette énergie intérieure qui s’exprime à travers le pinceau ou le couteau à peindre. « C’est vraiment lorsque j’ai atteint cet état second que je réalise les toiles les plus marquantes ». La musique l’aide à créer une ambiance de réceptivité, la préparation des couleurs contribue à une mise « en phase » avec qui ce qui se prépare. Sans idée préconçue, par des gestes spontanés, elle travaille la toile jusqu’à ce que, un peu par magie, un sujet se révèle. Suivant cet élan créatif, elle poursuit et, tranquillement, l’œuvre apparaît, suscitant au passage une émotion. Pour mieux sentir le médium, l’artiste n’hésite pas à y plonger les mains. La sensation de ne faire qu’un avec son médium n’en est que plus forte. L’académisme disparaît pour la spontanéité, le geste instinctif, l’émotion ressentie et transcrite. « Dans l’acte de peindre, on se crée soi-même ». L’art de Suzanne Lavigne offre un pont pour tenter d’approcher une vérité que nous ne pouvons sentir qu’à travers ses pinceaux.

Écrit par HeleneCaroline Fournier, critique d’art – août 2013